Comment définir un projet complexe ?

Un projet « compliqué » fait référence à une situation où plusieurs éléments simples sont combinés. Il est nécessaire de pouvoir identifier les composants du projet pour comprendre la situation et ainsi être en mesure de lever ou surmonter les obstacles.

Un projet « complexe » désigne en revanche un ensemble d’éléments dont un ou plusieurs ne sont pas maîtrisés. La situation est alors difficile à appréhender, à analyser et donc à restituer. La perception du projet est alors subjective et le partage de l’analyse n’en est que plus difficile.

Ce qui définit un projet « complexe » est la combinaison de 2 facteurs.

Le facteur humain : il sera plus ou moins impactant en fonction du nombre d’acteurs sur le projet, de leur niveau d’intervention mais aussi des intérêts qu’ils portent au projet. Il est facilement concevable qu’il soit plus difficile de coordonner les contributions de chacun, de réaliser le reporting associé, de suivre les charges et surtout d’anticiper les réactions en fonction du nombre de contributeurs sur le projet, des attentes qu’ils ont du projet, etc.

Le facteur technique : les technologies utilisées dans le projet ne sont pas figées. Il est alors indispensable de s’adapter et accepter que le projet puisse évoluer au fur et à mesure de son avancée. Ce sont ces deux facteurs combinés qui rendent un projet « complexe », instable et donc difficilement prévisible.

Le niveau d’incertitude est l’un des deux principaux éléments de différenciation des projets. Ralph Stacey de l’Université de Hertfordshire a mis au point une matrice qu’il nomme « The Stacey Matrix ». Cette matrice permet de prendre connaissance du degré de complexité d’une situation selon le niveau d’incertitude et le niveau d’accord face à la situation. Selon la matrice de Stacey, le degré de complexité est fonction du niveau d’incertitude et d’accord face à la situation.

La figure ci-dessous donne une présentation simplifiée de la matrice de Stacey.

Quatre états sont identifiés dont un est nommé « complexe ». Il représente la situation où il y a plus d’éléments inconnus que d’éléments connus.

Les 4 états s’énumèrent de la façon suivante :

  • Simple : tout est connu,
  • Compliqué : il y a plus de connus que d’inconnus,
  • Complexe : il y a plus d’inconnus que de connus,
  • Chaos : très peu d’éléments connus.

L’axe des X montre le niveau d’incertitude où, à la gauche, il y a peu d’incertitude tandis qu’il y aura de plus en plus d’incertitude lorsqu’on s’éloigne vers la droite. Sur l’axe des Y, on évaluera le niveau d’accord entre les parties prenantes du projet. Plus on se rapproche de l’origine, plus le niveau d’accord est fort tandis que plus on s’éloigne de l’origine, plus on devient en désaccord sur un sujet.

En définitive, c’est le niveau de complexité du projet qui permet d’estimer si la gestion en mode « agile » du projet est adaptée ou non, notamment au travers du cadrage du projet qui demeure essentiel pour en évaluer sa complexité. La complexité d’un projet étant en perpétuelle évolution, la méthode Agile apparaît comme une solution pour réduire l’impact de l’incertitude.

L’expérimentation est ainsi une clé dans la création de valeur, l’essai peut entraîner l’échec, mais celui-ci est permis afin de s’améliorer face à la complexité.


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Pin It on Pinterest

Share This